Partagez | 
 

 Bloody morning - Letha & Niamh

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Banshee
Messages : 106
Date d'inscription : 25/05/2016

Avatar : Margot Robbie
Crédits : Bazzart
Âge : 31 ans


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Bloody morning - Letha & Niamh
   Mar 21 Juin - 8:56

Letha & Niamh

       


AUTOUR DE 7H DU MATIN


Je déteste les lundi ! S'il y a une chose que je déteste encore plus que les lundi c'est de me lever à moitié endormie et de réaliser qu'il n'y a plus de café ! Aujourd'hui c'était la combinaison parfaite et explosive ! La réaction logique c'était de perdre les pédales et de blâmer mon manque de caféine, mais miraculeusement je n'en avais pas la moindre envie. Je n'arrivais toujours pas a comprendre comment Shane avait réussie à vider ma réserve de café, mais il n'y avait pas de raison pour montrer les dents. J'avais un vol d'après-midi pour l'Ethiopie. Je m'imaginais très bien boire du café Éthiopien demain matin et cette seule pensée réussissais à ne pas me gâcher la journée. Bien que je n'étais pas de mauvaise humeur, Shane n'allait pas s'en tirer si facilement ! Oh non, je lui réservais un traitement choc ! Je terminais mon verre de lait et je me dirigeais vers le deuxième étage. Il était 7 heures du matin et j'étais bien certaine qu'il avait éteint son alarme pour dormir 30 minutes de plus. C'était un homme matinal, mais il était rentré tard la nuit dernière et, comme nous n'étions plus dans la vingtaine, je savais qu'il allait avoir du mal à survivre. J'avais donc fait un petit arrêt dans la salle de bain pour lui trouver un verre d'eau et des gélules magiques contre la migraine qu'il allait avoir au réveil. Je déposais le tout délicatement sur sa table de nuit et je tirais sur les rideaux pour laisser entrer la lumière. Il n'était pas question de le réveiller en douceur ! Je ne me gênais pas pour faire un peu de bruit dans la chambre. Ma valise était prête depuis la nuit dernière et mon uniforme s'y trouvait également. Il n'y avait pas de raison de me vêtir en hôtesse de l'air dès maintenant lorsque mon vol était prévu pour l'après-midi. J'enfilais donc une magnifique robe blanche à fleur et les talons aiguille de mon uniforme d'hôtesse.

«Grumphh» Lâcha-t-il en recouvrant son visage avec la couverture. «Pas si vite! Est-ce que ma belle au bois dormant à bien dormit ?» Je m'assoyais près de lui et tirais lentement sur les couvertures. «Chhhhhhute chute, pas si fort» Implora-t-il. «Ton remède miracle se trouve sur ta table de nuit et pour la gueule de bois tu devras faire avec. Comme tu as vidé notre réserve de café, je vais me rendre au Starbucks et je m'attends à ce que tu m'y retrouves dans une demi-heure.» Chuchotais-je. Je ne lui laissais pas l'opportunité de répondre. Je n'allais pas lui apporter son café au lit et il n'allait très certainement pas prendre une journée maladie. Il était fait fort mon homme ! Eh puis, je ne pouvais pas lui faire la tête pour cette histoire de café.

8H DU MATIN ET DES POUSSIÈRES

Du sang partout ! Il y avait du sang partout ! Je n'avais pas l'habitude, mais j'avais été entraîné pour les situations de crises. J'étais surprise que tous ce bruit n'avait pas piqué la curiosité d'un soldat. D'un autre côté l'arme du bandit était une arme silencieuse et le coup de feux n'avait donc pas été entendue de l'extérieur du Starbucks. Je n'arrêtais JAMAIS dans les cafés puisque j'avais tous ce dont j'avais besoin à la maison. Combien de chance y avait-il pour que le jour où ma réserve est vide l'endroit où je me rends fait face à un petit délinquant de service? Je prenais une grande inspiration. Je l'avais sous-estimé ce petit délinquant ! D'un autre côté, si le caissier n'avait pas voulu jouer les héros nous n'en serions pas là. Qu'est-ce qu'il y avait de difficile à comprendre dans les mots «Donne moi le contenue de ta caisse et cinq sacs de café». Personnellement, je ne trouvais pas le choix difficile. De l'argent et du café ou ma vie ! Hmmm, je crois bien que je n'hésiterais pas. C'est bien beau ce que je pense, mais revenons à nos moutons. Il ne restait qu'un client avant moi lorsqu'il était entré dans le Starbucks. Il était tout de noir vêtues et portait un bonnet avec deux trous grossièrement découpé pour les yeux. Il n'avait pas besoin de parler son costume parlait de lui-même. Il n'était pas ici pour commander un latté ! Il avait effrayé la clientèle, avait verrouillé la porte d'entrée et fait sa demande. La suite avait pris une tournure de film d'horreur. Le caissier avait montré de la résistance et le voleur avait décidé de tirer sur deux âmes innocentes. Je n'étais pas certaine si cela avait été pour prouver à quel point il était déterminé ou pour avoir ce qu'il demandait plus rapidement. La première victime avait été touché en pleine poitrine et c'était éteinte rapidement. Le pauvre, il devait avoir la vingtaine... Ma gorge se serait et je fermais les yeux. Je ne devais pas laisser mes émotions prendre le dessus. J'appliquais une pression constante sur l'épaule de la deuxième victime. Je déchirais la manche de la vieille dame et pressais davantage contre sa blessure. «Tout va bien aller ! Je vous le promets !» J'essayais de prendre une voix qui se voulait rassurante.
 


(c) khάη

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Imago
Messages : 188
Date d'inscription : 21/05/2016

Avatar : Sophie Turner
Crédits : liloo_59 (Pando)
Âge : 23 ans


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Bloody morning - Letha & Niamh
   Ven 1 Juil - 0:51

Bloody Morning

Niamh MacKenna

&

Letha O'Dunne

J' avais terriblement envie d' un café. Ma tasse thermo était finie et j' étais trop loin d' Irishtown pour aller me chercher de la réserve à Chrysalis. Seule option, le Starbucks. Je n' allais jamais là bas. Pour le café, je puisais d' ordinaire dans mes propres réserves. Et si Starbucks vendait aussi des pâtisseries, n' ayant pas besoin de venir pour leur café, je privilégiais dès lors une autre pâtisserie d' Irishtown où j' avais mes habitudes et dont j' avais une profonde affection pour la patronne qui était une femme adorable, et une mutante digne de confiance. Venir ici était donc véritablement parce que je n' avais pas d' autres options pour accéder à mon café nécessaire. Il fallait dire que je sortais d' une nuit de garde qui s' était révélée sacrément épuisante. Le café était donc quasi vital à ce moment précis.
Alors que je venais de récupérer ce qui était supposé être un moka - car je me demandais si ils ne coupaient pas leur café avec du substitut par souci d' économie en ces temps de crises - un homme armé entra. Il était intéressé par la caisse mais aussi par les réserves de café. C'est vrai que le marché noir s' enrichissait pas mal à cause des embargos sur le café. Ca aurait pu se régler rapidement, visiblement, un des employés voulait jouer au héros. Sans doute un fan de Banshee qui espérait se faire remarquer par sa bravoure. Résultat, le criminel avait tiré, un homme était mort et un était en train de se vider de son sang. Ah y'a pas à dire, ça c' était du héros. Mais il restait encore un blessé. Et désormais c' était lui la priorité. Tout du moins, la mienne.

« Je prends la relève. Je suis interne en médecine.»

J' avais poussé des gens en me dirigeant vers la victime avant de m'agenouiller à ses côtés. L' homme armé me terrifiait mais face à l' homme qui se vidait de son sang, je n' avais pas résisté. En mentionnant  que j' était interne en médecine, je ne tenais pas à vendre mon curriculum vitae mais je voulais surtout que les curieux s' éloignent et que la blonde en face de moi ne risque pas de faire pire que mieux. Et aussi, que le mec armé ne s' énerve pas en me voyant bouger. J' essayais de sauver celui sur qui il venait de tirer. Il avait déjà tué une personne, il n' allait pas risquer d' aggraver son cas en laissant sa seconde victime y passer, non? J' ignorais si la loi martiale réinstaurait la peine de mort mais si c' était le cas, il risquait déjà fort d' être condamné une fois arrêté, alors avec deux morts à son actifs, il n' aurait eu plus aucune chance de sauver sa tête.
En relevant la tête, j' avais une impression de déjà vu. Mais j' étais trop occupé par la blessure pour prendre le temps de fouiller dans ma mémoire.

« On se connait je crois? Dans ce cas, ça sera plus simple. Vous continuez d' appuyer et quand je vous le dis, vous lâchez prise le plus vite possible.»

Je détachais la ceinture que j' avais mis au tour de la taille pour ceinturer ma robe et ôtais le foulard que j' avais utilisé comme un bandeau. Je le dépliais pour le replier cette fois ci de façon à ce qu' il prenne pleinement la taille d' une compresse. Le foulard étant en coton, il y aurait moins de risque d' infection qu' avec la compresse de mi synthétique, ni dentelle qu' utilisait la blonde comme compresse de fortune. Je m' adressais de nouveau à elle.

« Vous êtes prêtes? Un, deux , trois...maintenant!»

Le switch fut fait et rapidement, j' utilisais la ceinture pour maintenir le foulard sans avoir à faire de pression et garder nos mains libres pour continuer d' appliquer les premiers soins.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Banshee
Messages : 106
Date d'inscription : 25/05/2016

Avatar : Margot Robbie
Crédits : Bazzart
Âge : 31 ans


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Bloody morning - Letha & Niamh
   Jeu 21 Juil - 7:28

Letha & Niamh

       

« Je prends la relève. Je suis interne en médecine.» Mais, qu'entends-je ? Nous avions un futur médecin dans la salle ! C'est avec joie que je laissais ma place à la jeune rouquine qui semblait avoir beaucoup plus d'expérience que moi. Du sang. Il y avait beaucoup trop de sang pour une simple blessure à l'épaule. Je me doutais bien que la balle c'était logé à un endroit dangereux, mais qu'est-ce que j'en savait. Je n'étais pas médecin ! Mes mains étaient toujours sur la blessure du jeune homme et j'attendais les instruction de la jeune fille. « On se connait je crois? Dans ce cas, ça sera plus simple. Vous continuez d' appuyer et quand je vous le dis, vous lâchez prise le plus vite possible.» Elle pensait me connaître ? Un homme se vidait de son sang et elle me faisait la conversation. C'était un truc qu'on vous apprenait en médecine pour détendre l'atmosphère ? Je la regardait un bref instant et je secouais la tête. La vérité, c'est que je n'étais pas certaine et que j'étais dans un tel état de nervosité que mon cerveau ne fonctionnait plus normalement. Je la voyait bien retirer sa ceinture et prendre son foulard. Cette petite était faite pour les situations de crise, il n'y avait pas de doute la dessus ! J'étais prête à lui céder ma place et lorsqu'elle me donna le signal, je relâchais la pression que j'exerçais sur l'épaule du blessé.«Écoute Je...» J'allais lui dire que je n'étais pas certaine et que je n'arrivais pas à me souvenir, mais l'idiot qui possédait le fusil ne m'en avait pas donné le temps. Il s'approcha à toute vitesse. «Séparez vous ! Nous ne sommes pas dans un salon de thé !» Comme la ceinture et le foulard maintenait une pression sur la blessure et que la rouquine avait prit ma place, je ne voyais pas d'inconvénient à prendre un peu de distance. C'est qu'il était mal élevé le petit bandit de ruelle. Il dirigea l'arme en direction de la rouquine. Rouquine, que je venais tout juste de reconnaître. Elle était l'une des élèves de Shane ! Celle dont mon mari me cassait les oreilles ! Oh non ! Je n'allais pas laisser ce petit con tuer une jeune femme si talentueuse. « Elle te sauve le cul ! Alors, l'arme tu la baisse ! » Je me levais pour attirer l'attention du tireur. Comme je l'avais prévue, l'arme quitta la tête de la jeune femme pour se diriger sur moi. Il réduisit la distance entre nos deux corps et se logea derrière moi. Le fusil caressait mes cheveux et il me chuchota à l'oreille. «Tu veux jouer les héros toi aussi ? Ne soit pas si bête Niamh, une beauté dans ton genre... » Je grimaçais. D'où est-ce qu'il connaissait mon prénom celui là ?! Je savais que mon nom était connu dans le monde du crime, mais je ne me doutais pas que mon visage l'était également. «Je m'excuse.» Il s'excusait de quoi ? La suite, je ne l'avais pas vu venir. Il me frappa violemment sur le coté droit de mon visage et je m'écroulais sur le sol. Mes jambes étaient molles et la tête me tournait. Je portais la main à ma tête pour découvrir que je saignais. Je perdais du sang ou j'étais confuse et ce sang c'était celui du blessé que j'avais secourue. Je n'étais plus certaine de rien. J'avais mal, j'avais peur, mais plus important encore je me rendais compte que j'avais sous-estimé ce mec. «Si tu ne la fermes pas je te tire. Je tire tout le monde dans le café si ça me chante ! Vous avez compris ?» Il commençait à se donner en spectacle et je pouvais dire qu'il aimait ça. Il avait son arme toujours pointer sur moi et il balayait la pièce des yeux pour voir si un autre client allait lui tenir tête.

(c) khάη

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Imago
Messages : 188
Date d'inscription : 21/05/2016

Avatar : Sophie Turner
Crédits : liloo_59 (Pando)
Âge : 23 ans


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Bloody morning - Letha & Niamh
   Sam 30 Juil - 2:14

Bloody Morning

Niamh MacKenna

&

Letha O'Dunne

L' homme avait été blessé par balles. Il aurait fallu l' extraire. Cela restait envisageable hors d' un hôpital. Surtout ici où il y avait des ustensiles de cuisine qui, stérilisés, aurait pu servir d' outils de fortune. Mais pour ça, il aurait fallu que les braqueurs soient plus conciliants. Et ce n' était pas gagné. Je devais donc opter pour le moins pire dans le pire. Positionner le patient de façon à ce que la balle ne descende pas vers des organes vitaux et stopper le sang qui coulait. Pour le sang, c' était fait. Restait à positionner correctement l' homme. Un des otages m' aida. Maintenant, nous ne pouvions plus que surveiller le patient et s' assurer que l' état reste relativement stationnaire. Je me sens frustrée en tant que médecin. Je savais qu' il y avait encore des gestes à faire dont l'extraction de la balle, mais ses foutus braqueurs me ligotaient les mains métaphoriquement parlant. Il fallait prier pour que le patient survive. Pour lui mais aussi pour éviter aux deux crétins de passer de braqueurs à tueurs.
Et dans mon malheur, j' avais eu de la chance que l' épouse de mon professeur monte au créneau pour me laisser du temps supplémentaire avec le patient. Sans elle, ils m' auraient sans doute éloignée pour laisser le caissier mourir en se vidant de son sang. Quand je sentis l' arme sur ma tête, instinctivement je me braquais terrifiée. Des souvenirs de mon beau-père remontait à la surface. Je n' étais pas prête à redevenir une victime. Pas prête à revivre les coups, et encore moins à mourir. Je ne savais toujours pas gérer la violence quand j' étais concernée. Je fonçais dans le tas quand un autre était concerné, mais quand ça me touchait, je redevenais la petite Laoise. Je m'empêchais de trembler mais je sentais qu' encore un peu et je ne pourrais plus lutter. Mais la blonde détourna l' attention et m'aida une fois de plus. Mon professeur était vraiment marié à une femme courageuse. Un tantinet suicidaire mais courageuse.
Le braqueur la frappa et je la vis s' évanouir. Je demandais à l' otage qui m' avait aidé à positionner le patient de surveiller son état et son pouls et je me levais prête à aider Niamh. Mais je devais dès lors affronter le taré armé. je n' avais plus le choix de toute façon.

« Je dois aller voir si elle va bien.»

Il n' avait pas l' air motivé pour que je le fasse, mais je le devais. Non seulement parce qu'en tant qu' interne en médecine c' était mon rôle mais également car elle était la femme d' un professeur que je respectais et que j' admirais. Je croisais les bras devant lui. Pas véritablement par défi, car sa violence m' effrayais et je n' étais pas suicidaire, mais pour que mon bras cache ce que l' une de mes mains était en train de faire. Tournée face à un sac de grains de café, réclamé par le braqueur, j' utilisais ma phytokinésie pour faire exploser les grains. Outre le bruit de la détonation qui, en premier lieu, pouvait faire penser à l ' intervention de l' armée, cela offrait surtout une distraction pour détourner l' attention. Assez pour que je me rende à proximité de Niamh. Je pouvais maintenant observer sa blessure plus en détail. Je ne pouvais plus rien faire pour le premier blessé dont la seule chose restant à faire était de surveiller l' état pour s' assurer qu' il ne s' aggraverait pas. Et j' avais confié cette tâche à un autre otage. Ce qui faisait de Niamh, mon unique patiente désormais.

« C'est une blessure légère. Il faut juste nettoyer la plaie et la désinfecter. Et en sortant, il faudra passer un scanner pour s' assurer qu' il n'y a pas de lésion interne. Mais je doute que le coup ait provoqué de telles complications. »

J' espérais que l' explosion des grains de cafés avait calmé les ardeurs du braqueur, mais si nécessaire j' étais prête à réitérer l' expérience si il le fallait On devait absolument rester concentrées si on voulait éviter d' autres drames, le temps que ce qi se passait remonte à l' armée et qu' ils interviennent. Au vu du lieu braqué, c' était davantage une question de minutes que d' heures. Mais dans ce genre de situations, les minutes semblaient être une éternité.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Bloody morning - Letha & Niamh
   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bloody morning - Letha & Niamh
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bloody Sunday de Paul Greengrass (2002)
» Secret diary of a demented housewife by Niamh Greene
» Dupe Morning Rose 557 Chanel ?
» Chocomint
» Glitter & Ice

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eire of Change :: LIMERICK :: Newtown Pery :: Starbucks-
Sauter vers: