Partagez | 
 

 I will always need you - Niamh & Siobhan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Banshee
Messages : 106
Date d'inscription : 25/05/2016

Avatar : Margot Robbie
Crédits : Bazzart
Âge : 31 ans


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: I will always need you - Niamh & Siobhan
   Mar 14 Juin - 1:09

Niamh & Siobhan

       


NEWTON PERRY - 20 AVRIL 2016
J'étais nerveuse ! Pourtant, il n'y avait pas de raison logique puisque tout c'était passé comme prévue. J'avais quitté Dublin autour de 6 heures du matin et j'avais fais le voyage avec ma jeep. Shane devait venir me rejoindre plus tard avec le camion de déménagement que nous avions remplie la nuit dernière. Heureusement j'avais pris soin de passer les deux derniers mois à empiler les boîtes de déménagement. Du coup, le jour J il ne restait qu'à mettre les dites boîtes dans le camion. Tout c'était fait rapidement. La demande de transfert de Shane, la réponse positive de la ville de Limerick, l'achat de notre nouvelle maison et la date de déménagement. En moins d'un mois tout était organisé. Dès que la date avait été choisit j'avais téléphoné à ma grande soeur pour lui demander un coup de main. Eh bah oui, rien de mieux qu'un déménagement pour reprendre où nous avions laissé notre relation. Oh nous étions resté en contact depuis que Sio avait fait ses valises pour Limerick, mais c'était différent. J'emménageais dans la même ville et le même quartier ! Avec un peu de chance cela serait suffisant pour nous rapprocher. Nous avions toujours eu une relation de chat et chien et ce bien avant la mort de notre père. Malgré tout Sio restait ma grande soeur et je l'aimais.

J'avais garé mon véhicule dans la rue et je contemplais cet achat que nous avions fait sur un coup de tête. La [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] de mes rêves. Shane avait été séduit par l'intérieur et je dois dire que la devanture ne me déplaisait pas. Je n'avais jamais aimé les maisons aux façades extravagante. Celle-ci nous représentaient bien parce qu'elle était simple et minimaliste. En ce qui me concernait ce qui avait penché dans la balance avait été la cuisine. Je me voyais bien passer des heures dans cette pièce vue tout l'espace que je disposais pour cuisiner. J'ouvrais la porte d'entrer et inspirais profondément. Sans plus attendre j'ouvrais quelques fenêtres pour faire circuler l'air et chasser l'odeur de peinture fraiche. Nous avions engagé un artiste peintre pour accélérer le processus, mais la vraie raison c'est que nous n'avions pas le temps de le faire nous même. Il ne restait plus qu'à placer nos meubles et ouvrir nos boîtes. Une fois les fenêtres bien ouverts, je retournais à ma voiture avec un grand sourire aux lèvres. Il était temps d'entrer les premières boîtes et de faire un peu de place dans ma jeep. Eh bah oui, j'allais tout de même pas faire la route de Dublin à Limerick avec mon sac à main.

Il ne me restait qu'une boîte et je pouvais verrouiller ma bagnole. Une boîte, deux boîtes, trois boîtes. Boîte. Boîte. Boîte. Je venais à peine de commencer que ce mot me rendait folle. Je n'avais jamais été une fan des déménagements et c'est pourquoi j'emballais toujours le minimum et vendais le reste. Cela me donnais toujours l'opportunité de faire un peu de ménage et de changer de décor. Shane était tout à l'opposer. Il n'arrivait pas à faire la différence entre ce qui avait de l'importance et ce qui n'en avait pas. Résultat ? Il possédait une montagne de truc inutile et c'est truc avaient tous une valeur sentimentale pour lui. La majorité de nos boîtes portaient donc son nom et je devais apprendre à trouver la paix avec sa manière d'être. Malheureusement, ce n'était pas aujourd'hui que j'allais trouver la paix intérieur. Je me souvenais que je gardais toujours mon petit paquet de survie sous le siège conducteur. J'ouvrais une trousse de voyage qui contenait des échantillons d'alcool. J'ouvrais une petite bouteille de Bourbon et je fermais les yeux pour profiter du moment présent. J'allais prendre une autre gorgé lorsque j'entendis une voix s'adresser à moi. «Niamh ?!» Sio déjà ? J'étais surprise qu'elle ne me faisais pas la morale sur mon habitude matinale. «Tu trouves pas qu'il est tôt pour boire ?» Dans le mile ! Je savais qu'elle ne résisterais pas ! J'ouvrais les yeux et lui souriait d'un sourire qui se voulait exagéré. «Bon matin à toi aussi. 9 heures du mat ! Tu devais pas bosser ? Je croyais que tu viendrais me rejoindre en après-midi !» Je terminais cette bouteille, parce que je n'avais jamais aimé le gaspillage et je glissais la bouteille vide dans la trousse de voyage.

(c) khάη

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Cleaner
Messages : 207
Date d'inscription : 11/04/2016

Avatar : Gal Gadot
Crédits : vava : weak&addicted ; sign : bluberry
Âge : 33


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I will always need you - Niamh & Siobhan
   Dim 19 Juin - 11:05


❝ Siobhan & Niamh ❞I will always need youNiamh à Limerick… Je n’en reviens toujours pas. Ma sœur et moi n’avons jamais été très proches, nous sommes beaucoup trop différentes pour cela. Pas les mêmes valeurs, pas le même parcours, je suis l’ordre et elle est le désordre. Et je dois reconnaitre que la distance géographique nous a fait beaucoup de bien, nous sommes devenues beaucoup plus supportables l’une envers l’autre. Donc je dois admettre que je ne suis guère rassurée à l’idée de vivre si près d’elle désormais. Et cette appréhension a augmenté d’un cran en comprenant qu’en plus, elle emménageait à Newtown Pery…  En une trentaine d’années, je crois que le jour où nous avons le plus ressemblé à des sœurs, ce fut lors de mon divorce… Autant dire que ça remonte.  

Ok, j’avoue, si j’ai accepté de l’aider pour son déménagement, c’est en grande partie pour essayer de la convaincre de repartir fissa de Limerick. Je connais son caractère contestataire, et je me dis qu’ici, ce ne sera pas bon pour elle. C’est déjà étonnant qu’elle n’ait pas été arrêtée jusqu’à aujourd’hui – à croire qu’elle s’est vraiment rangée des emmerdes en se mariant – mais je crains que Banshee ne soit une forte tentation pour elle.

Je regarde le papier sur lequel j’ai noté l’adresse, et relève les yeux sur une maison… étonnante pour ma sœur. Elle semble avoir vraiment changé, le mariage ne m’a pas fait ça du tout. Je la repère tout à coup et constate toutefois que certaines choses n’ont pas changé…

« Niamh ? Tu trouves pas qu’il est un peu tôt pour boire ? »

Je ne sais même plus le nombre de fois où je l’ai surprise en train de boire. Encore quelque chose qui nous sépare puisque moi c’est seulement du fond de mon bain que je m’accorde un verre de vin. Je me rapproche pour m’appuyer sur le rebord de sa jeep.

« Je ne suis plus flic je te rappelle. Je suis mon propre patron maintenant, je bosse quand je veux. Belle voiture, j’espère que ton mari entretient bien le moteur. »

Une bonne voiture, ça mérite d’être bichonnée. Je reporte mon regard sur sa maison, un peu dubitative.

« Tu t’embourgeoises, petite sœur. Ton homme est encore à Dublin ? »

J’ai tout vécu avec Niamh : les squats, la drogue, les conneries en tout genre. Et la voilà mariée, avec un vrai job et une maison. J’ai vraiment du mal à y croire. Mais n’est-ce pas ce que j’ai toujours voulu pour elle ? Ce que notre père aurait toujours voulu ? J’attrape un des cartons, histoire de donner l’impulsion à son installation.

« Allez, ça va pas se faire tout seul. En plus, tu dois me faire visiter ton palace et me parler un peu plus de ton boulot. T’es vraiment folle de bosser à l’aéroport. Entre les visas, les douanes et les surveillances, tu vas être tout le temps sous pression. Je ne sais pas comment ça se passe à Dublin mais ici l’Armée n’a pas relâché sa surveillance. »

Bien d’autres questions me brûlent les lèvres : as-tu prévenu maman que tu es ici désormais ? Depuis quand ne lui as-tu pas parlé ? Pourquoi avoir choisi Limerick ? Pourtant je ne dis rien. Du moins pas encore. Elle a peut-être vraiment changé après tout. Et tous ces cartons… je n’en avais pas autant il y a cinq ans, je n’avais rien emporté de Galway, à part des vêtements. J’ai tout laissé derrière : ma famille, mon ex, mes vieux meubles. Jamais été très attachée à grand-chose à part aux valeurs des MacKenna.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Banshee
Messages : 106
Date d'inscription : 25/05/2016

Avatar : Margot Robbie
Crédits : Bazzart
Âge : 31 ans


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I will always need you - Niamh & Siobhan
   Dim 26 Juin - 6:52

Niamh & Siobhan

       

Je prenais une grande inspiration silencieuse et j'espérais que cette histoire de déménagement n'allait pas se terminer en désastre. Franchement, qu'est-ce qui pouvait mal tourner ? Je la regardais prendre ses aises. J'avais complètement oublié qu'elle était son propre patron. Ça devait être bien ! Ne pas avoir la moindre pression et avoir du choix en ce qui concernait sa clientèle. C'était une liberté que je ne connaîtrais jamais puisque je ne possédais pas les qualités requises pour me passer d'un patron. En matière de crime c'était une autre histoire, mais je me devais de garder une couverture crédible pour mon entourage. «Oh tu sais la mémoire à notre âge.» Je prenais une pause et je caressais ma voiture. «Tu plaisantes ? Non ! Son frère, Bronach, tu te souviens de lui ? Il m'a bien appris, du coup je fais l'entretiens toute seule.» Sio avait toujours pensé que Bronach m'avait entraîné dans le crime. Malheureusement, c'était tout le contraire. J'avais toujours eu pour habitude de me retrouver dans les pires emmerde et il s'était fait un devoir de ne jamais me laisser seul. Il avait toujours été derrière moi et avec le temps nous étions devenu partenaire de crime.

«Il devrait nous rejoindre d'ici midi si tout ce passe bien. » À peine avais-je le temps de lui répondre qu'elle attrapait la dernière boîte. Je la suivais de très près en hochant la tête. Sio avait raison, les aéroports étaient devenues des endroits sous haute surveillance et cela pouvait devenir très stressant si l'on avait quelque chose à se reprocher. Dans mon cas, je jouais le jeu et mon pouvoir d'invisibilité me permettais de faire entré des produits illégalement sans me faire arrêter. Résultat ? Je ne pouvais m'empêcher de la corriger. «Travailler sous pression ne m'embête pas puisque je n'ai rien à me reprocher. Eh puis, un peu plus de surveillance ou un peu moins... Si tu veux mon avis un aéroport reste un aéroport et il y aura toujours autant de sécurité.» Je n'avais pas envie de passer pour une miss-je-sais-tout, mais avec le temps j'avais gagné de l'expérience. Je grimpais les marchent en moins de deux. «N'hésite pas, demande moi ce que tu veux. J'adore mon boulot ! Je crois que j'ai trouvé quelque chose qui nourrit mon besoin d'aventure et qui me gardera loin du crime jusqu'à la fin de mes jours. » Mensonge ? Comment pouvait-il en être autrement ! Je ne pouvais pas lui dire la vérité ! Lui faire une confidence c'était me mettre les menottes moi-même. Je ne pouvais pas lui faire confiance, bien que c'est ce dont j'avais le plus envie.

J'ouvrais la porte d'entrée et lui montrait la montagne de boîte dans la cuisine. Je prenais soin d'enlever mes chaussures et je lui montrais le premier étage. «Ici nous avons le salon et là-bas se trouve la cuisine. Il y a également une pièce vide qui nous servira de salle à manger. J'adore tous cet espace ouvert. Eh, soyons honnêtes je n'ai jamais disposé de tout cette espace pour cuisiner. Qui sait je deviendrais peut-être une très bonne cuisinière.» J'esquissais un sourire. Elle savait très bien que mes talents en cuisine était très limité, mais avec le temps j'avais réussi à m'améliorer. «Nous avons fait dessiner des plans pour notre sous-sol. Nous allons le transformer en cave à vin... Ne me dis pas que je t'impressionne. Tu me connais bien ! Mon conjoint se voue une passion pour le vin et je me suis toujours vue dans l'impossibilité de refuser un verre. Je ne pouvais me trouver un meilleur partenaire.» Je ne voulais pas l'énerver. Shane était mon match parfait et je m'étais fait la promesse de tout faire pour le combler. Je savais que Sio avait eu moins de chance en amour et je n'avais pas envie de faire revenir de mauvais souvenir. Son mariage avait été un désastre, mais la suite avait été plus joyeuse. Enfin, plus joyeuse pour moi. Un divorce ce n'est jamais un évènement heureux, mais c'est l'un des rare bon moment que j'avais eu avec elle.

Mon téléphone vibrait dans la poche arrière de mon jean. Si j'avais ignoré le premier appel, cette fois je n'allais pas le laisser vibrer. Deux coups de fil en l'espace de quelque minutes n'annonçait rien de positif. Je faisais signe à Sio d'attendre. «Allo, comment ça va ?» J'attendais bêtement la réponse bien que cette dernière m'importait peu. Le boulot, toujours et encore le boulot. Il n'y avait pas moyen d'avoir une journée de congé sans se faire déranger. «Dis tu veux bien attendre une seconde.» Je plaçais ma main sur le microphone. «À l'étage se trouve la chambre des maîtres, une chambre d'invité et le bureau de Shane. Oh et chaque chambre possède sa propre salle de bain. Je t'y rejoins dans une minute.» Je lui montrais la direction à prendre du bout de mes doigts. L'escalier qui menait au deuxième étage avait besoin d'une bonne rénovation, mais il allait tenir le coup jusqu'à ce que nous trouvions une compagnie de réparation à Limerick.

(c) khάη

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Cleaner
Messages : 207
Date d'inscription : 11/04/2016

Avatar : Gal Gadot
Crédits : vava : weak&addicted ; sign : bluberry
Âge : 33


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I will always need you - Niamh & Siobhan
   Jeu 7 Juil - 10:25


❝ Siobhan & Niamh ❞I will always need youBronach. Je retiens très difficilement un commentaire très méchant et sarcastique à encontre. Bien sûr que je me souviens de lui. C’est l’abruti qui l’a entrainée sur la mauvaise pente quand elle était ado. Et bon sang, j’aurais vraiment voulu qu’il sorte de sa vie. Pourquoi elle a épousé le frère de ce type vraiment ? Non parce que la mécanique, c’est vraiment tout ce que Bronach a pour lui. Non, je ne lui ai toujours pas pardonné. Et j’ai bien du mal à croire qu’il soit devenu réglo. La consolation du jour, c’est au moins que Niamh soit ici et lui à Dublin. D’autant qu’elle, elle semble rangée. Un boulot, très surveillé de surcroit, je n’ai pas à m’inquiéter pour elle apparemment. Quoique, je n’aime pas trop sa façon d’insister sur le fait qu’elle se tienne loin des emmerdes.

« Ouais, si tu le dis. Comme quoi tu te débrouilles vraiment bien, regarde-moi cette baraque. Moi je vis encore dans un appartement ! »

Mais je l’aime, pour le temps que j’y passe franchement. Néanmoins, ça n’a clairement rien à voir avec sa baraque. Je la suis, en observant toutes les pièces. Je n’aurais jamais imaginé ma petite sœur là-dedans, en bonne ménagère qui aime cuisiner. Surtout qu’autrefois, elle cuisinait affreusement mal. C’est bien la même qui multipliait les larcins et les stupidités ? Et maintenant une cave à vin ?

« Ok, pause. Vous allez vivre à combien dans cette maison ? Et je ne cautionnerai que l’histoire du vin. »

Je ne bois que très rarement, mais le vin est certainement l’un des rares, voire le seul, point commun que nous ayons elle et moi.

« En parlant de ton partenaire idéal… Tu n’as pas évoqué de chambre de bébé. Ce n’est pas à l’ordre du jour ? »

C’était la grande crainte de notre mère : la voir rentrer à la maison enceinte. Le scandale, le fait qu’une gamine irresponsable élève un enfant… Mais aujourd’hui, elle est une femme mariée, avec un boulot. Et bizarrement, la plupart des gens s’enferment dans ce schéma : mariage-bébé. Moi-même j’ai succombé aux affres du mariage. Toutefois  j’ai bien retenu la leçon, et on ne m’y reprendra pas. D’ailleurs, mon ex-mari et moi ne nous sommes jamais si bien entendu que lorsque nous avions divorcé, même si sur le coup, ça m’avait bien plombé le moral. Bien plus simple, bien moins contraignant. Pas de compte à rendre, que du plaisir. A se demander pourquoi on tient absolument à rentrer dans un moule.

Nous sommes alors interrompues par son téléphone. J’en profite pour continuer mon inspection de la maison. C’est un vrai palace. Vraiment, si ce n’est pas pour y installer une ribambelle d’enfants, je n’y comprends rien. Je ne l’aurais vraiment pas imaginée ici. Déjà mariée ça m’a fait un choc, alors en plus dans ce genre de maison…

« Qui ose interrompre les sœurs MacKenna ? »

Je l’ai entendue arriver, même si j’étais concentrée sur l’extérieur, le regard un peu perdu à travers la fenêtre. Je ne comprends toujours pas très bien la raison de sa venue ici.

« Que va faire ton mari ici ? »

Il y a tellement de métiers qui se sont cassé la figure avec la loi martiale et le contrôle renforcé sur les importations et exportations, le rétablissement des frontières et de la douane. On ne compte plus les hôtels qui ont fermé. Et pour que moi je claque la porte de la police… J’ai l’impression de ne faire que poser des questions. Sale manie que j’ai avec elle depuis toujours. Où étais tu ? Que faisais-tu ? Avec qui étais-tu ? Que fumais-tu ? Blablabla.

« Il y a des pubs sympathiques ici. Ça ne vaut surement pas Dublin, mais il y a de quoi faire. Maman ne vient jamais ici, je présume que je dois taire ta présence… »

J’ignore quand elles se sont parlé pour la dernière fois et si leurs tensions se sont apaisées. Je vais parfois la voir à Galway, mais nous avons établi tacitement tout un stratagème d’évitement des sujets qui fâchent.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: I will always need you - Niamh & Siobhan
   

Revenir en haut Aller en bas
 
I will always need you - Niamh & Siobhan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Secret diary of a demented housewife by Niamh Greene
» gasoline. (siobhan)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eire of Change :: OUT OF SPACE AND TIME :: Flashbacks-
Sauter vers: