Partagez | 
 

 EVENT | Running wild and running free

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
PNJ
Messages : 98
Date d'inscription : 06/12/2015

Avatar : sans visage
Crédits : Alaska
Âge : classé confidentiel


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: EVENT | Running wild and running free
   Mar 31 Mai - 23:46

Running wild and running free

« Voici l’appel de Banshee, celle qui hurle la mort de la démocratie. Aujourd’hui, à 1h02 a été prononcée, dans le plus grand secret, la mort d’Alec Andrews. Pour ceux qui ne le connaissent pas, Alec était un étudiant en droit qui a été arrêté il y a deux mois, parce qu’il voulait empêcher des arrestations injustes, sans mandat, pratiquées au nom de l’état d’urgence à l’Université de Limerick. A cause du non respect de la dignité humaine, à cause des embargos sur les médicaments, Alec n’a pas reçu son traitement. Ils l’ont laissé dépérir, parce qu’il défendait le droit et la liberté de ses camarades injustement arrêtés… »

………………………………

La révélation de Banshee, qui a circulé sur l’ensemble des appareils électroniques de Limerick, mettant O’Rourke et le Maire particulièrement en colère. Comment ont-ils su ? Aucune importance, mais des suites sont à redouter… et elles ne tardent pas.

………………………………

ARMEE = MEURTRIERS
JUSTICE POUR ALEC

Les tags de ce genre fleurissent sur les murs de l’Université de Limerick au lendemain de l’annonce de Banshee. Des étudiants se sont réunis tôt, dès la levée du couvre-feu. Et ils sont en colère… vraiment très en colère. Au nom d’Alec, ils ont décidé de faire entendre leur voix. Pour lui rendre hommage, ils ont décidé d’être aussi courageux que lui. Les murs ont été tagués, des barricades bloquent l’accès aux salles de cours et ils empêchent la circulation autour de l’université en s’asseyant ou en paradant sur les routes.

L’ambiance, bien que tendue, n’est pas encore agitée en cette heure matinale. Les étudiants chantent, se relayent pour revendiquer à l’aide de mégaphones une plus grande circulation des médicaments et surtout une cessation des arrestations injustes. Néanmoins, si certains veulent une démonstration pacifique, d’autres n’ont peut-être pas cette même idée… Toujours est-il que le mouvement prend de l’ampleur et que les étudiants entendent défiler dans les rues.

Le maire ainsi qu’O’Rourke ont dépêché chacun leurs équipes sur place, pour limiter les dérives et surtout empêcher toute représentation télévisuelle non contrôlée. Sans compter qu’ils espèrent bien attraper quelques renégats au passage. Catriona n’est pas en reste non plus, elle a demandé à quelques uns de ses membres de confiance d’approcher du lieu de la manifestation, afin de garder l’œil bien ouvert et de protéger les mutants étudiants…


A vous de jouer

Les membres de l'armée, les nettoyeurs et policiers encadrent la manifestation. ils ne doivent pas mettre le feu aux poudres mais contenir toute dérive

Les membres de Chrysalis sont présents car envoyés par Catriona pour surveiller la situation et protéger les membres étudiants

Vous êtes libres d'avoir vu/répondu à l'appel de Banshee ou non

Vous pouvez faire partie de la manifestation ou être juste un citoyen coincé sur la route à cause d'eux.

Si vous attaquez des PNJ ou un autre joueur, n'oubliez pas les dés !

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Cleaner
Messages : 150
Date d'inscription : 11/04/2016

Avatar : Gal Gadot
Crédits : vava : weak&addicted ; sign : bluberry
Âge : 33


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: EVENT | Running wild and running free
   Sam 4 Juin - 0:27


❝ Siobhan & the others ❞running wild and running freeLorsque j’arrive sur les lieux de l’Université, les étudiants sont déjà sur le pied de guerre et les forces armées présentes. Ils ont eu raison de ne pas intervenir par la force, puisque c’est la force qui a mis le feu aux poudres. Je n’en reviens pas du coup de Banshee. Soit l’info a circulé – ce qui implique qu’il y ait une taupe au sein de la police – soit ils ont su pirater le système informatique. Dans tous les cas, ce n’est pas bon, puisqu’ils ont consciemment utilisé cette information afin de troubler l’ordre public. Utiliser la mort d’un étudiant pour faire passer leur petite idéologie à la con… non mais franchement. Le pire c’est que ça marche. C’est si facile de manipuler les jeunes.

J’ai garé ma voiture quelques rues plus loin. Inutile de lui faire courir le moindre risque et si un pauvre connard s’avise de me la rayer, il aura affaire à moi. J’ai fini à pieds et j’observe la manifestation, ces clampins qui braillent de jolies formules utopistes dans leur mégaphone et qui commencent à gêner la circulation. Il ne faut pas que cela s’aggrave et je vois que les policiers et militaires se tendent. Officiellement, je suis détective privée, point barre. Je n’ai donc aucune raison de me planter du côté de l’autorité, mais je peux tout à fait imiter ces passants venus observer d’un œil tantôt amusé tantôt inquiet la manifestation. Certains grommellent, les traitent de jeunes cons. D’autres sont plutôt d’accord avec eux. Il faut bien admettre qu’ils n’ont pas totalement tort. Je comprends notamment leur position concernant les importations de certains médicaments ou les taxes excessives sur certains produits comme les capotes ou la pilule. Ça, c’est une foutue galère, il faut le reconnaitre. Ceci étant, la loi c’est la loi.

Il est nécessaire qu’on en apprenne davantage sur les leaders du mouvement. Banshee doit être dans les parages, et je me ferai une joie de démasquer leurs sympathisants. Et quand bien même, il faut que je repère ceux qui pourraient nous poser problèmes à l’avenir. Mais pour bien faire cela, il faut que je me rapproche. Assez facile de passer les barrières de flics grâce à mon accréditation, quant à la suite… Bah, ce ne sont que des gamins en révolte, ce n’est pas très compliqué de les approcher, il suffit de faire semblant de s’intéresser un minimum à leur idées.

Je parcours la manifestation du regard, plissant les yeux de temps en temps quand il me semble reconnaitre quelques visages. Certains sont vraiment toujours fourrés dans les mauvais coups. Surtout cette nana blonde là, que je piste depuis quelques temps. Je suis persuadée qu’elle est liée à Banshee. Et comme par hasard, elle est sur les lieux de la manifestation. Tiens donc. Alors que je l’observe, mon attention est parasitée par des coups agressifs de klaxon. La population ne va pas apprécier si les étudiants – du moins une partie – insistent à ce point pour aller sur les routes.

« Nous voulons la liberté ! Nous voulons la justice ! La santé avant la peur d’O’Rourke ! »

Qui est cette personne qui hurle dans le mégaphone ? Une chose est certaine, elle ne sera plus du tout en odeur de sainteté et elle va avoir les nettoyeurs et flics de tout Limerick sur le dos dès ce soir.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Imago
Messages : 169
Date d'inscription : 21/05/2016

Avatar : Sophie Turner
Crédits : liloo_59 (Pando)
Âge : 23 ans


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: EVENT | Running wild and running free
   Mar 7 Juin - 23:00


❝ EVENT ❞running wild and running freeUne maudite manifestation.  C' était le dernier endroit où j' avais envie de me rendre. Ca allait sans doute péter avec ce que Banshee avait lâché comme bombe. La réaction des gens était logique, même si je considérais que défiler dans les rues pour contester le gouvernement en ce moment, c' était avoir une tendance masochiste. Les militaires n' étaient pas connues pour aimer tout signe de rébellion naissance. De plus, j' avais la sensation que j' allais ensuite me retrouver avec pas mal de boulot à l' hôpital ensuite. Et puis être entourée d' humains vindicatifs et contrariés ne me rassurait pas outre mesure. Je me méfiais des humains de base, mais quand ils étaient contrariés, ils devenaient avantage violents que les mutants qui eux devaient se forcer à se modérer pour rester cachés. Alors quand on m' avait dit que j' allais devoir me rendre sur place, j' ai évidemment accepté mais certainement pas sauté de joie.
Etre l' une de celles que l' ont envoyait était logique. J' avais la confiance d' Imago en tant que membre du conseil, j' avais la tranche d' âge pour me fondre dans la masse et  les compétences médicales pour justifier de ma présence pour aider éventuellement. Et étant habituée à venir récupérer des CV pour mon père à l' université, certaines militaires habitués à être en poste dans les environs pouvaient certifier que je venais fréquemment pour prendre des documents. Si ça tournait mal, je pourrais toujours prétendre être au mauvais endroit au mauvais moment. C' était d' ailleurs pour ça que j' étais présente pour surveiller en me fondant dans la masse sans pour autant m' approcher de trop des contestataires. Je savais que de toute façon, Catriona avait envoyé d' autres membres pour le même motif que moi mais que certains étaient parmi ceux qui défilaient pour être au plus près et même si c' était évidemment le plus risqué. Mais nous le faisions pour Imago. "Sois près de tes amis mais encore plus de tes ennemis". Et aujourd'hui, tous étaient réunis, amis comme ennemis.

Et voilà qu' une voix s' élevait au mégaphone. Chaque mot sonnait comme une attaque. Et il n'y avait pas de secret, rien qu' au nom d' O' Rourke, cela confirmait qui était la cible directe. O' Rourke et l' armée en général. Je ne connaissais pas la porteuse du mégaphone mais je le savais déjà condamnée. L' armée lui ferait payée cet affront. Et si ils ne chercheront peut être pas tous les responsables, elle, elle deviendrait leur cible privilégiée. Elle était devenue par cet acte, la messagère de Banshee et par conséquent l'ennemie visible du gouvernement. Ils n' avaient pas Banshee mais ils l' auraient elle. Et en plus je n' étais pas certaine que cette manifestation ait réellement un impact. Autre que celui d' agacer le gouvernement et de les rendre encore plus durs les jours prochains, en représailles.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Banshee
Messages : 476
Date d'inscription : 06/12/2015

Avatar : Lindsey Morgan
Crédits : vava : weak&addicted ; sign : acidbrain
Âge : 24 ans


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: EVENT | Running wild and running free
   Jeu 9 Juin - 18:49


❝ EVENT ❞running wild and running freeJe ne sais pas si c’est une bonne idée tout cela, mais on ne peut pas museler les gens. Pas éternellement tout du moins. Je suis parfaitement d’accord avec les étudiants, avec leur colère, je la comprends et la partage. Mais je n’ai plus cette naïveté et cet idéalisme qui les entrainent à l’heure actuelle. J’ai appris à me taire, à museler mes envies, mes enragements. Je suis à l’extérieur des bâtiments, à bonne distance du cœur de la manifestation, mais présente tout de même. Pour les militaires et les forces de l’ordre, je ne suis qu’une énième étudiante surprise par le mouvement, curieuse, les observant simplement. En réalité, je suis là, comme d’autres membres de Banshee – du moins, je le présume – pour m’assurer que les événements ne virent pas au drame. Je ne sais que trop bien ce dont ils sont capables, ces hommes armés. Ils ont le pouvoir, ils sont en nombre, cela suffit à les faire se sentir tous puissants.

Je me déplace normalement, tout en restant dans une sorte de zone de sécurité, histoire de ne pas attirer l’attention. Ce rassemblement spontané, provoqué par la révélation de Banshee sur les écrans hier, a surpris beaucoup de monde. Le ras-le-bol est bien présent, j’ai l’impression qu’il ne suffit plus de grand-chose pour allumer la mèche de la révolte. Certains étudiants patientent, espérant pouvoir accéder à leur salle de cours. Et tout à coup, j’aperçois Letha. Il y a probablement d’autres personnes que je connais dans cette foule, mais pour le moment, c’est elle qui attire mon attention. La connaissant, elle doit probablement être à l’université pour rencontrer des étudiants ou étudier certains dossiers. Elle se sera fait surprendre par la mobilisation.

Je voudrais l’approcher mais je suis interrompue par une fille criant sa colère dans un mégaphone. Exactement ce que je redoutais. Peut-être veut-elle se faire repérer pour intégrer Banshee, peut-être en est-elle membre, peut-être n’est-ce juste qu’une fille réclamant sa liberté, mais c’est de la pure folie ce qu’elle fait. Elle attire l’attention de l’Armée qui n’aura aucun mal à découvrir son identité. Discrètement, je la prends en photo grâce à mon portable. Il faudra certainement la protéger. Sentant qu’un flic a glissé son regard sur moi, je m’écarte, pour rejoindre Letha.

« J’espère que ce n’était pas urgent, dis-je à la jeune femme, imaginant toujours que sa présence est due à son travail. Elle est courageuse mais peut-être un peu trop téméraire… »

Je fronce les sourcils en voyant un détachement d’étudiants armés de pancartes pro-liberté s’approcher de nous, de la foule de curieux, scandant un appel à la vengeance, un retour à la santé et nous interpelant pour que nous prenions parti nous aussi. Mauvaise idée… vraiment une mauvaise idée, ces gars vont se faire tuer. D’ailleurs, les forces de l’ordre avancent droit sur eux. Je fais un pas en arrière, tenant le bras de Letha. Mais alors que les jeunes hommes provoquent les flics, des klaxons retentissent derrière nous.

« Mais dégagez bordel ! On veut bosser nous ! »

Et ça gueule sur le droit à la santé, que ça veut bosser, qu’il faut des capotes, que ceci, que cela… J’échange un regard avec Letha, ça ne sent pas bon du tout. Même pas le temps de me reculer d’ailleurs qu’un policier me pousse violemment vers l’arrière, bien décidé à en découdre avec les étudiants.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité



MessageSujet: Re: EVENT | Running wild and running free
   Jeu 9 Juin - 22:26


❝ EVENT ❞running wild and running free Une manifestation à Limerick. Il ne manquait plus que ça. Léonie n’avait eu envie de s’y rendre mais il avait bien fallu qu’elle suive les ordres. Le maire de la ville, à qui elle obéissait presque complètement, l’avait réquisitionné ce soir là en tant que nettoyeuse pour surveiller qu’aucun incident ne se passe. Surveiller que tout allait bien se passer en somme. Lorsqu’elle avait fait part de cela à Imago, ceux à qui elle obéissait complètement, ils lui avaient vivement conseillé de suivre les ordres du maire et de cette manière, elle pourrait ainsi faire part d’un rapport complet et juteux à Imago si elle arrivait à tirer quelques infos plutôt utiles sur l’armée ou Banshee. Encore une fois, la blonde s’apprêtait à jouer un sacré double jeu, jeu auquel elle s’était bien adaptée. C’était un peu comme avoir une seconde peau. Une couche de vêtements plutôt. On la porte et on sait qu’au bon moment, on l’enlève et on s’en débarrasse jusqu’à la prochaine fois.

Quand Léonie avait appris qu’il y aurait une manifestation en l’honneur de ce jeune étudiant mort à cause d’un stupide embargo de l’armée, elle était dans son bar, en train d’essuyer un verre fraîchement lavé  lorsque deux habitués déjà bien soûls assis au bar, lui demandèrent de mettre le son. Elle avait ainsi levé la tête elle aussi et absorbée par cet appel de Banshee qui venait tout juste d’arrêter le monde, elle en lâcha son verre qui se brisa et s’éparpilla en touchant le sol. Toutes les personnes dans le bar même les non concernées par l’appel avaient tournées la tête en sa direction et s’était mises à la fixer. Elle s’excusa prétextant avoir été surprise par cet appel inattendu car elle avait connu l’étudiant qui fréquentait son bar avant sa mort. C’était bien sûr faux mais certains habitués bien alcoolisés avaient confirmés l’avoir vu et que « c’était un chouette gamin qui ne méritait pas sa fin tragique ».  Elle était ainsi sauvée. Si elle avait aussi mal réagi c’était par ce qu’elle connaissait les conséquences qu’un événement tragique et une manifestation allaient entraîner dans l’armée, dans Imago ainsi que pour la population. La jeune femme avait donc pris peur. Peur pour elle-même comme pour les autres. Son but principal était de sauver les personnes génétiquement modifiés et de leur éviter d’être des victimes de l’armée.

Le jour de la manifestation était arrivé. Elle avait été convoquée dans le bureau du maire avec ses compatriotes. Un à un, il avait reçu leurs instructions précises, leur placement et le matériel nécessaire à la mission. Presque tous seraient en civil. Léonie était de ceux-là. Deux d’entre eux seraient vêtues d’un uniforme de policier suivant la foule de manifestants. Tous seraient équipés d’une oreillette et d’un micro. Léonie quant à elle devait se mêler à la foule des manifestants et agir comme tel.  Pas de pancartes ni de cris cependant. Elle devait juste marcher sans se faire remarquer de la population alentours.

Elle se présenta alors au départ de la manifestation et suivit les autres. Un cri s’éleva. Une folle personne qui connaîtrait bientôt un destin tragique. Léonie jeta un coup d’œil à droite et constata la présence d’une brune bien trop menaçante qu’elle connaissait bien plus qu’elle ne l’aurait désiré...

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hiding Mutation
Messages : 546
Date d'inscription : 06/12/2015

Avatar : Lily James
Crédits : Monroes (avatar)
Âge : 28 ans


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: EVENT | Running wild and running free
   Sam 11 Juin - 3:26


❝ EVENT ❞running wild and running freeUne autre livraison à l' université. Je rayonnais de joie -ironie- à cette idée. Mais j' étais coursière. J' allais là où on me demandait d' aller. j' avais bien entendue parler de ce lycéen mort et de l' appel de Banshee. Mais je doutais qu' avec l' armée, des gens soient assez suicidaires pour manifester. Mais arrivée sur place, ce que je vis était carrément un rassemblement.

« Nan mais je suis maudite avec cette foutue université....»

La dernière fois que j' y avais mis les pieds, j' avais rencontré Princesse Casse Couille pour la première fois de ma vie. Et hélas pour moi, ça n'a pas été la dernière. En plus, il y avait eu un contrôle qui avait fini par es arrestations. Et là, je revenais enfin et c' était pour me retrouver en pleine manifestation. Mais je ne voulais juste bosser moi.... En plus, j' étais sûre que j' allais sans doute croiser plus de mutants que prévu, j' allais donc devoir esquiver les contacts physiques. Je sentais d' avance que ça allait être un calvaire.
Et puis je vis au loin cette brune qui apparemment m'en voulait pour une raison que j' ignorais. Je l' avais déjà croisée plusieures fois et même si elle ne m' avait pas parlé, elle avait cette façon de me fixer qui me mettait mal à l' aise. Descendue de mon vélo, car le passage allait était difficile, j' étais désormais à pied et tenait le guidon. Je m' éloignais le plus vite possible de son champ de vision. Mais là, qui vois-je. Princesse Casse couille en personne. Encore. Dieu merci elle était en pleine discussion avec une rousse. Peut être qu'elle me foutrait la paix aujourd'hui. C' était beau de rêver. En attendant, j' allais devoir m' adapter pour réussir à m' extirper du merdier qu' il risquait d' avoir pour pouvoir bosser. Je pris mon téléphone, pour appeler mon patron comme à chaque risque de retard. Visiblement il était déjà au courant. Les mauvaises nouvelles remontaient toujours vite. Il avait d' ailleurs déjà prévenu les autres clients et une fois que j' aurais réussi à livrer sur place, je n' aurais qu' à rentrer au central avec le reste des livraisons. Une fois raccroché, j' étais moins stressée sur le reste de la livraison. Mais je sentais déjà que même limité à l' université, ça n' allait pas être facile. Surtout qu' une voix venait de hurler des propos anti militaires. Le début de la fin. Déjà je voyais bien autour de moi que les militaires étaient davantage sur e qui vive et que la population qui ne manifestait pas, râlait des désagréments. Ca allait péter, c' était évident. Je cherchais du regard mon frère mais ne le vis pas. Il devait sans doute être là mais vu la masse à gérer, je ne le croiserais sans doute pas. J'espérais juste qu' il ne prendrait pas trop de risques. Une manifestation, ça dégénérait si facilement...
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité



MessageSujet: Re: EVENT | Running wild and running free
   Dim 12 Juin - 0:15


❝ SHE'S HAVING A DEATH WISH ❞running wild and running freeAujourd'hui c'était notre anniversaire de mariage. Je rêvais d'un petit voyage à l'étranger en amoureux ou encore une soirée romantique dans le confort de notre nouvelle maison. Comme la première option semblait impossible, j'avais décidé de lui faire une surprise. Cette semaine était ma semaine de congé et j'espérais me faire pardonner pour ma longue absence. J'avais prévue le coup et j'avais fait les boutiques. Nouveaux sous-vêtements et une nouvelle robe qui m'avait coûté la peau des fesses, j'étais prête pour le grand jeu. J'étais en route pour mon dernier arrêt avant de rejoindre la maison. Qu'est-ce que c'était ce bordel ?! J'avais vue le message de Banshee et ce qu'il contenait m'avait rendue triste. C'était ce genre d'injustice qui contrôlait mes moindres faits et geste. Comme chaque citoyen de la ville je redoutais le moment ou la poussière de cette nouvelle explosive allait toucher le sol. Ce que personne ne m'avait dit c'était que le jour J c'était aujourd'hui et que cela impliquait un embouteillage monstre ! Si Banshee avait eu vent de cette manifestation étudiante, le message ne s'était pas rendue jusqu'à mes oreilles. J'avais passé la semaine dans des aéroports et au moins quatorze avions différent ! Est-ce que j'avais l'air de vouloir passer les prochains heures enfermé dans ma voiture ? Je jouais de mon klaxon et descendit la fenêtre pour crier au conducteur de devant.

«Tu te bouges ?! J'ai pas toute la journée !» La réponse du mec ne m'importais pas. Il avait assez d'espace pour faire un demi-tour. En ce qui me concernait j'étais coincé entre deux véhicules et s'il voulait perdre sa journée ici libre à lui, mais il pouvait bien me laisser l'opportunité de choisir.

Après un cinq minutes de dispute, il bougeait enfin sa vieille bagnole huileuse. C'était pas trop tôt. Je faisais donc demi-tour dans l'espoir de trouver une route qui n'était pas bloqué par cette manifestation. J'avais presque abandonné tout espoir. Si j'étais coincé ici je pouvais toujours acheter mes courses à la petite épicerie de l'université. Je garais ma voiture en retrait pour une question de sécurité. J'aimais bien les gamins, mais les manifestations avaient pour réputation de tourner mal. Eh puis, je ne souhaitais pas me faire rayer ma Jeep. Je marchais en direction du troupeau lorsque j'entendis une gamine crié dans un mégaphone. Cette étudiante devait avoir des envies suicidaire. Elle ne pouvait pas choisir de meilleurs mots pour mettre le feu au poudre. J'espérais que cette histoire ne se terminerait pas en boulette. Si besoin était, je pouvais bien protéger quelques étudiants des forces militaires, mais j'étais ici pour acheter les ingrédients nécéssaires à ma lasagne fait maison. C'était le repas préféré de Shane et je savais que cela le rendrait heureux. Après tout il y avait longtemps que je n'avais pas cuisiné pour lui.

Les policiers commençaient à perdre patience. Quelques étudiants étaient poussé violemment et j'étais bien heureuse de me trouver à l'extérieur de leurs périmètres. Cette brunette ? C'était pas Kennedy ? Je me rapprochais du barrage humain que formait quelque soldat et policier. Eh merde, j'allais faire comment pour lui donner un coup de main si j'étais coincé ici. Ok, je n'avais pas très envie de me retrouver en prison ce soir, mais je n'allais tout de même pas la laisser toute seule. Kennedy... C'était une grande fille qui pouvait ce défendre tout seul, mais elle était tout de même dans une mauvaise position avec c'est étudiants en colère et les chiens du gouvernement qui devait être sur les dents.

«Madame je vous demanderais gentiment de bien vouloir rejoindre votre véhicule. Vous n'êtes pas en sécurité de ce côté de la ville.» Eh puis merde, au point où j'en étais je n'avais rien à perdre. J'hochais la tête docilement et je lui répondais d'un ton doux. «J'aimerais bien, mais ma fille ce trouve de ce côté et sa santé m'inquiète. Elle est asthmatique et elle a oublié son inhalateur.» J'appuyais ma demande en avançant d'un pas. Le soldat s'avança dans ma direction avec son bras entre nous pour mettre un peu de distance. «Madame je suis navré de l'entendre, mais ce règlement est le même pour tout le monde. Je ne peux pas vous laisser passer.» Je lui lançais un regard inquiet et marchais en direction de ma voiture. Très bien, la méthode douce ne marchais pas ! Il était temps de mettre le plan mutant de l'avant. Comment pouvaient-ils m'empêcher l'accès s'ils ne pouvaient pas me voir ?
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Imago
Messages : 169
Date d'inscription : 21/05/2016

Avatar : Sophie Turner
Crédits : liloo_59 (Pando)
Âge : 23 ans


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: EVENT | Running wild and running free
   Lun 13 Juin - 4:03


❝ EVENT ❞running wild and running freeCette voix derrière moi, je la reconnaissais. Je me tournais pour confirmer ma déduction et la saluait avec un sourire.

« Kennedy! Oh non, c' était encore des cv à récupérer pour mon père. Il n' est pas à un jour près...»

Je confirmais ainsi l' idée qu' elle avait de ma venue ici. Et si au passage des militaires avaient des oreilles qui traînaient, cela conforterait l' excuse de ma venue ici. A sa remarque sur celle qui criait ans le mégaphone, j' hochais positivement de la tête. Cette fille était plus que mal barrée. Elle était même foutue à dire vrai.

« Elle est suicidaire. Je doute que l' armée laissera passer si facilement un tel affront. Encore une qui va mystérieusement disparaître dans les jours prochains... Il y a parfois d' autres manières d' être courageux. Et là, ça ressemble plus à l' inconscience.»

Il était clair que cette fille était condamnée d' avance. Tout le monde l' avait vue se porter en étendard de la liberté et tout le monde l' avait entendu crier son mépris de l' autorité en place. Si elle avait de la chance, elle ne serait qu' emprisonnée. Mais il y avait plus de chance qu' un nettoyeur soit missionné pour s' occuper d'elle. Quand aux autres qui défilaient derrière, si ils se taisaient et se contentaient de porter les panneaux de contestation, ils auraient peut être une petite chance de passer entre les gouttes des représailles du gouvernement qui allaient venir dès demain.
Quand les étudiants avancèrent brusquement vers nous, je ne pus m'empêcher de reculer. Les gestes brusques me terrifiaient toujours autant même encore maintenant me rappelant des souvenirs douloureux. Alors quand Kennedy toucha mon bras, celui ci se raidit à son contact. Le geste était pourtant inoffensif voire protecteur, mais c' était plus fort que moi. Si les gestes brusques m' effrayaient, les contacts brusques étaient les pires. Je ne craignais pas les contacts si je voyais celui ci arriver. Mais quand c' était soudain, la peur remontait du plus profond de moi même et je n'y pouvais rien. Il fallut que je croise le regard de Kennedy pour que mon cerveau réalise que ce n' était pas une agression et que mon corps se détende de nouveau. Je reculais tandis qu' autour de moi, les gens s' énervaient et que la violence risquait d' augmenter d' ici peu.  
Alors quand un policier poussa Kennedy, instinctivement je mets discrètement ma main dans mon dos en direction du sol afin d' amplifier la végétation pour qu'elle fasse office de bouclier naturel entre la brune et le sol. J' avais fait tout ça tout en regardant ce qui se passait pour que mes mains dans le dos passent pour geste naturel de non agression. Et quand Kennedy se releverait, personne de saurait si il y avait déjà avant autant de verdure à cet endroit. Personne ne faisait attention véritablement à la végétation. Comme si elle faisait partie du décor. Mais moi je la voyais. Elle était mon élément, la nature même de mon pouvoir. Et aujourd'hui c' était cette indifférence qu' avait les autres qui allait éviter à Kennedy de se faire mal dans sa chute. Je tendis la main pour l' aider à se relever.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Cleaner
Messages : 150
Date d'inscription : 11/04/2016

Avatar : Gal Gadot
Crédits : vava : weak&addicted ; sign : bluberry
Âge : 33


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: EVENT | Running wild and running free
   Jeu 16 Juin - 21:47


❝ Siobhan & the others ❞running wild and running freeEt voilà… c’est déjà le bordel. Je le savais que les choses allaient dégénérer ! Et ces abrutis de Banshee qui manipulent des cerveaux même pas finis d’étudiants ! Forcément que ça part en vrille. Et comme par hasard, il y a cette blonde dans les parages. Je la soupçonnais déjà avant aujourd’hui, mais là, la coïncidence est trop importante. Elle est là et en plus elle ne veut visiblement pas être remarquée. Je la suis à bonne distance, pour la surprendre en train de téléphoner… Est-ce qu’elle est en train de raconter à ses petits copains combien le bordel qu’ils ont foutu est grandiose ? Je regarde tout autour de moi. Il y a des dizaines de personnes qui braquent leur téléphone, impossible de tracer le sien. Du moins, pas avec mon petit matos à moi.

Les cris retentissent, je distingue déjà un mouvement de foule et des militaires qui se précipitent. Il est décidément trop facile de mettre le feu aux poudres. En tout cas, l’autre nana est toujours en train d’hurler. Elle, c’est sûr qu’elle finira en taule – dans le meilleur des cas. Mon téléphone se met alors à sonner, je décroche, tentant d’entendre chaque mot malgré le bruit ambiant et tout en gardant un œil sur ma cible personnelle.

« Très bien. »

Ordre d’éliminer tout ce qui peut rappeler que la leader a existé. C’était évident que le coup d’éclat de la demoiselle ne plairait pas. Je soupçonne d’ailleurs déjà les informaticiens gouvernementaux de s’être occupés de l’existence numérique de la jeune femme. S’ils sont malins, ils auront laissé les pages facebook et autres, les plus consultées donc, pour le pas éveiller l’attention. Mais les dossiers plus personnels doivent déjà être aux oubliettes. Quant à moi, il va falloir que je rentre dans le secrétariat de l’université, pour supprimer les traces papier de son existence. Néanmoins, il faudrait que je puisse y accéder pour cela, et vu la foule et l’agitation, ça ne va pas être une mince affaire. Et surtout, il ne faut pas non plus que cette fille, la coursière, repère mon manège si elle est – comme je le crois – liée à Banshee. Alors je n’ai pas le choix, il va falloir que pour une fois, je travaille en équipe.

J’avise alors une tête connue. Je ne la porte pas particulièrement dans mon cœur, mais je sais qu’on est dans le même camp, même si on n’a pas le même patron. O’Grady. Une nettoyeuse elle aussi. Je m’approche alors d’elle à grands pas.

« Les choses sont en train de dérailler. Surveille cette nana, qu’elle ne téléphone pas et ne s’occupe pas de ce que je vais faire. Si en plus t’arrive à la dégager des parages, ça n’en sera que mieux. Moi je dois entrer… »

Pas envie de m’expliquer davantage. Pas le temps surtout. Et alors que des soldats foncent tout droit sur un groupe de demoiselles et d’étudiants, moi, je vais à contre-courant, pour m’approcher des manifestants qui bloquent l’accès à l’université. Mais je n’ai même pas le temps de m’interroger sur un quelconque plan d’approche que des sortes de pétards retentissent dans mon dos, certainement là où les militaires et les étudiants sont entrés en conflit… ou peut-être au contact des manifestants avec les habitant qu’ils empêchent d’aller bosser… je n’arrive pas à savoir, mais cela attire l’attention de tout le monde.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Banshee
Messages : 476
Date d'inscription : 06/12/2015

Avatar : Lindsey Morgan
Crédits : vava : weak&addicted ; sign : acidbrain
Âge : 24 ans


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: EVENT | Running wild and running free
   Dim 26 Juin - 14:25


❝ EVENT ❞running wild and running freeJ’aime discuter avec Letha, d’autant que je partage totalement son opinion. Il y a d’autres manières d’être courageux et là, c’est de la folie. S’opposer frontalement, revendiquer sa nature, c’est de la folie. Ça ne m’empêche pas d’agir, de répondre présente pour les actions de Banshee, de me battre pour ce en quoi je crois… mais je ne partage pas le gout du spectacle. Et je n’aime pas du tout l’armée. Ça aurait été un étudiant, je l’aurais mis à terre au lieu de me laisser tomber ainsi. Mais je ne suis pas débile, contre eux, pas de provocation directe ni de démonstration de force. Résultat, je me retrouve sur le cul, mais sans douleur. Un peu étrange, mais peu importe, j’attrape la main de Letha qui m’aide à me relever. Mon regard se reporte brièvement là où je suis tombée. J’ai l’impression qu’il y a un truc bizarre…

Enfin il n’y a pas qu’un truc, rien ne va, si les étudiants vont au conflit comme ceux-là, ça va vraiment vite dégénérer. Je remercie Letha, avant de me concentrer sur la scène. Si les militaires ne se contentaient pas que de les repousser, je devrais agir et il y a un peu trop de témoins à mon goût. Et je ne pourrai pas être discrète, vu l’attirail des soldats, impossible de toucher leur peau. Ce qui voudrait dire que je devrais lui faire une prise, et alors là, ce serait cuit pour la discrétion.

Je me contracte, protégeant ma tête en entendant une série de retentissements. C’est une plaisanterie ? Ils se croient en guerre ou quoi ? Qui vient de faire ça ? Je ne parviens pas à voir qui est responsable. Armée ou étudiants ? Si c’est la seconde option, alors ils auront réussi à importer illégalement des fumigènes, ce qui n’arrangerait les affaires de personnes car les contrôles à la douane seraient renforcés. Des hurlements viennent recouvrir tous les autres bruits. Merde merde merde… Je sens une présence derrière moi, mais en me tournant… personne… Et là je comprends…

« Letha, va te mettre à l’abri ! »

Je fais un petit geste discret, touchant, comme je le soupçonnais, une invitée surprise. Niamh. Il faut qu’elle me suive. Et sans attendre une quelconque réaction de Letha, je m’éloigne et me mets à l’abri des regards.

« Il faut savoir qui c’est. On n’a pas du tout prévu ça, je ne sais pas si ce sont les étudiants ou si c’est l’Armée. Tu crois que tu peux approcher des généraux et écouter leur conversation ? »

J’espère qu’elle m’a bien suivie parce que sinon je parle dans le vide et j’ai l’air d’une abrutie. Mais elle seule peut approcher de l’armée en toute discrétion. Moi, je me charge d’approcher l’origine des pétards, en espérant que d’autres membres de Banshee soient présents pour veiller sur la meneuse, parce que c’est tout de même le groupe qui a allumé la mèche avec la diffusion du message. Je me remets à trottiner vers l’un des côtés de la fac. Bordel, ils en viennent vraiment aux mains ! Un groupe d’étudiants qui balance des pavés et visiblement des pétards sur les policiers ! Ils sont complètement tarés, tout ça en scandant le nom du pauvre étudiant mort en taule. Moi aussi ça me dégoûte, mais on n’affronte pas une hydre à coup de lance-pierre. Avant qu’il y en ait un qui lance un truc peu rassurant je lui attrape le poignet pour lui plier dans le dos.

« Arrêtez vos conneries, ils sont ar… »

més. Je crois que c’est ça la fin du mot que je veux prononcer mais qui est interrompu par un tir d’un des flics.

Spoiler:
 

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

avatar
PNJ
Messages : 98
Date d'inscription : 06/12/2015

Avatar : sans visage
Crédits : Alaska
Âge : classé confidentiel


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: EVENT | Running wild and running free
   Dim 26 Juin - 14:25

Le membre 'Kennedy R. Blake' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Premier Dé' :
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hiding Mutation
Messages : 546
Date d'inscription : 06/12/2015

Avatar : Lily James
Crédits : Monroes (avatar)
Âge : 28 ans


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: EVENT | Running wild and running free
   Lun 4 Juil - 3:51


❝ EVENT ❞running wild and running freeCa ne sentait pas bon tout. j' ignorais pourquoi mais j' avais l' impression qu' un truc aller foirer. Sans doute parce que, forcément, ça foirait toujours à moment. Et là, dans un tel contexte entre des gens en colère et des militaires armés et tendus, tous les éléments pour que ça pète étaient là. Rien que l' idée de défiler contre l' armée en pleine loi martiale, c' était suicidaire. Courageusement téméraire mais stupidement suicidaire. C' était comme s' habiller de viande saignante avant d' aller se baigner dans une eau infectée de requins. Y'a plus qu' à compter combien de temps ça prend avant qu' on se fasse bouffer. Bah là, c' était pareil.
Et il ne fallut pas longtemps avant que le drame prédit se produise.

« Et merde...»

Un étudiant venait de se faire abattre par un militaire -dieu merci pas mon frère - et cela signifiait le début de la fin. Ils étaient venu défiler contre l' armée et l' armée venait de commettre un acte qui ne ferait qu'envenimer la situation. Ca allait maintenant être le chaos. Entre la foule choquée qui risquait de s' énerver ou de fuir, les militaires prêts à charger et les contestataires qui n' allaient qu' être davantage en colère. J' ignorais si le tir était l' oeuvre d' un militaire qui n' avait pas réfléchi ou si un ordre avait été donné mais c' était la pire chose à faire.
Apparemment, c' était l' oeuvre d' un flic et non d' un soldat d' après les échos qui commencaient à remonter. Il ne pouvait donc pas avoir reçu d' ordre direct. Ca ne collait pas au mode de fonctionnement de l' armée. Mais une chose est sûre, O' Rourke -ou même plus haut- ne lui pardonnerait pas cette erreur de débutant qui venait de foutre en l' air toute leur organisation de gestion des contestataires. Cela ne m' étonnerait guère que ce flic soit jugé pour l' exemple et pour calmer dans les jours prochains la population en colère. Un jugement exprès et menant d' office à la culpabilité, évidemment.
Je n' avais plus vraiment le choix, je devais rester dans un coin et éviter tout contact. Parce qu' il ne manquerait plus qu' avec tout ce bordel, je me fasse bousculer par un mutant et me retrouve avec un pouvoir incontrôlable qui me fasse repérer par l' armée. Parce qu' ils ne feraient pas de cadeau. Surtout pas aujourd'hui et surtout pas après ce qui venait de se passer. Je me faufilais donc vers un coin éloignée et plus ou moins vide, utilisant mon vélo comme bouclier pour éviter tout contact physique. Et j' atteignis avec succès le court espace vide éloigné de la foule des manifestants qui allait me servir de refuge et peut être même me rendre invisible au yeux des soldats déjà bien occupée. Il fallait maintenant espérer que la situation soit vite gérée et sans dégâts humains. En somme, il fallait espérer que personne d' autre ne merde dans cette histoire. un mort c' était déjà de trop.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité



MessageSujet: Re: EVENT | Running wild and running free
   Lun 18 Juil - 0:09


❝ It's never too late to get in trouble  ❞running wild and running freeJe ne possédais pas les conditions parfaites pour mettre en oeuvre le plan mutant. J'aimais les missions impossibles, mais seulement lorsqu'elles avaient été planifiées ! Ici ! C'était de la pure folie ! De la pure improvisation ! Hors, je n'avais jamais eu le moindre talent en improvisation. J'inspirais profondément et je continuais de marcher vers ma voiture pour ne pas éveiller de soupçon. La dernière chose que je voulais c'était de m'affiche comme mutant dans l'un de leurs vidéos. Les jeunes, ils avaient tous des portables de nos jours et ils s'en servaient de manière constante. Je ne souhaitais pas devenir une bête de foire parce qu'un de c'est idiot m'avait filmé par accident. J'avais donc opté pour la seule option disponible : Les buissons. J'étais loin de l'endroit parfait, mais j'allais être à l'abris des caméras. J'étais maintenant invisible, mais je devais prendre garde à chaque détail. Je retirais donc mes chaussure à talon et je les abandonnais dans les buissons. Eh bah oui, comme mon pouvoir n'avait pas la moindre influence sur le bruit, je me devais d'être silencieuse.

Retrouver Kennedy au milieu de la foule avait été un jeu d'enfant. Lorsque j'avais passé la ligne policière, j''avais eu envie d'attacher ensemble les lacets du policier qui m'avait refusé l'entrée, mais je m'étais gardé une petite gêne. J'étais devenue trop vieille pour ce genre de connerie, mais cela ne m'empêchais pas d'y penser. J'ignorais si la brunette possédait un sixième sens. À peine l'avais-je rejoint qu'elle me faisait signe de la suivre. Gardant le silence, j'obéissais et j'écoutais. J'avais décidé de me mêler de cette histoire de manifestation uniquement pour donner un coup de main à Kennedy et je venais de me retrouver dans une situation délicate. Je devais trouver les généraux de l'Armée et écoute leurs conversations pour découvrir qui était à l'origine de ce bordel. J'étais heureuse d'entendre que Banshee n'avait rien à voir avec la tournure qu'avait prit cette manifestation. Je me doutais bien que j'étais la seule qui avait le pouvoir d'écouter aux portes sans se faire voir et c'est pourquoi je n'avais offert aucune résistance à sa demande.

---

«Putain Wilson, mais à quoi tu pensais ?!» Le policier était en état de choc. Il tremblait et ne semblait plus avoir toute sa tête. Le chef de police ne semblait pas apprécier le manque de jugement de son officier et je me permettais d'écouter quelque seconde de plus. «Ils ont commencé à me lancer des briques... J'ai paniqué.» Répondit le policier qui venait de tuer un étudiant. «Il est mort Wilson ! Le gamin que tu viens de tirer est mort ! Est-ce que tu comprends dans quel merdier tu viens de te mettre les pieds ?!» Ajouta son supérieur comme pour ajouter une épaisseur de plus sur la tranche de cet officier qui me semblait déjà débordante. Je n'avais jamais aimé les agents de la paix, mais j'avais aimé mon père. J'avais toujours eu de la difficulté à différencier l'homme de l'uniforme et j'avais compris avec le temps qu'ils ne formaient qu'une et même personne. Cet homme qui venait de tirer se gamin, il me faisait pitié. Il avait prit la mauvaise décision, mais au bout du compte il avait seulement essayé de se défendre. Malheureusement, ce n'était pas ce qui allait sortir dans les journaux demain matin et cela me brisait le coeur.

Je continuais mon chemin et je laissais ce pauvre Wilson à son sort. Comme je n'avais pas envie de jouer au chat et à la souris pendant des heures, j'optais pour la solution la plus facile : Utiliser un petit soldat pour trouver ses généraux paresseux qui était resté en retrait. J'avais trouvé un soldat en retrait et j'étais prête à l'attirer dans mon filet de pêche.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hiding Mutation
Messages : 546
Date d'inscription : 06/12/2015

Avatar : Lily James
Crédits : Monroes (avatar)
Âge : 28 ans


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: EVENT | Running wild and running free
   Ven 22 Juil - 3:55


❝ EVENT ❞running wild and running freeC' était vraiment le chaos autour de moi. La police avait merdé et on en payait le prix. Face à tout ça, je me sentais impuissante. Je n' étais qu' une civile et à voir tout autour de moi, même les militaires ne semblaient pas gérer facilement la situation. Ils avaient peut être sous estimé l' effet de masse. Ou alors pensaient-ils pouvoir garder le contrôle sans avoir prévu que la police interfère dans l' organisation en commettant une bavure. Dans tous les cas, quoi que l' armée avait prévu, il était clair que la stratégie avait été mauvaise. Tout ce que je voyais c' était du grand n' importe quoi. Et les gens avaient peur. La peur était toujours une mauvaise chose quand il y avait autant de monde. La frayeur allait se propager comme un virus et les gens terrifiés deviendraient instables et dangereux. C' était déjà le cas.
Mais alors que j' aurais dû rester planquée, je vis un jeune homme, un étudiant qui se tenait bizarrement. Et alors qu' il était à proximité d' une femme et d' un petit garçon, c'est là que je le vis. Son couteau. Caché dans sa manche, la lame était sortie. Ce cinglé était armé. Je ne pus m' empêcher de crier.

« Il est armé, dégagez!»

J' aurais bien voulu rester planquée mais là, ce taré avait une arme blanche et était un peu trop près d' un enfant et sa mère. Je n' avais plus vraiment le choix. Ou plutôt, j' avais le choix de laisser un danger ambulant à proximité d' un parent et son enfant ou d' intervenir. Je savais que je devais éviter les contact avec ce maudit pouvoir naissant. Mais j' étais aussi une fille de militaires entraînée. Si ma formation pouvait servir à éviter un drame, je devais prendre le risque. Et puis cet homme était sans doute un simple humain. Au pire, si c' était un mutant, je pourrais toujours me planquer dans un coin le temps que le pouvoir que j'ai absorbé disparaisse. Si je l' absorbais en plus. Il y avait trop d' incertitudes pour que je ne tente pas d' agir. J' étais donc sortie de ma cachette pour sauter sur le jeune armé pendant que la mère s' enfuyait avec son fils. D' ailleurs pas loin, un soldat avait du m'entendre crier car il se dirigeait déjà vers moi qui était en train de me battre avec le cinglé.
© 2981 12289 0
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
PNJ
Messages : 98
Date d'inscription : 06/12/2015

Avatar : sans visage
Crédits : Alaska
Âge : classé confidentiel


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: EVENT | Running wild and running free
   Ven 22 Juil - 3:55

Le membre 'Aslinn Cahill' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Premier Dé' :
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Imago
Messages : 169
Date d'inscription : 21/05/2016

Avatar : Sophie Turner
Crédits : liloo_59 (Pando)
Âge : 23 ans


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: EVENT | Running wild and running free
   Sam 23 Juil - 5:46


❝ EVENT ❞running wild and running freeJ' avais réussi et l' herbe avait grandi assez vite pour réceptionner Kennedy sans qu'elle ne comprenne vraiment ce que je venais de faire. Tant mieux.
Et quand les étudiants commencèrent à s' énerver, elle me demanda de me mettre à l' abri. Où ça? Au cas où elle n' aurait pas remarqué, on était à l' abri nul part dans ce chaos. La menace pouvait venir de tout le monde maintenant. Des mutants se sentant légitimement en danger comme des humains dont je ne connaissais que trop bien la violence et la stupidité. Le mieux que j' avais à faire était d' éviter les coups. Et à force d'en avoir trop pris, c' était une chose que j' avais fini par apprendre.
Je la vis s' éloigner pour plus loin parler dans le vide. Ou alors, elle devait avoir une oreillette téléphonique que je ne voyais pas. Parce qu' hormis être folle ou parler à l' homme invisible, je ne voyais pas trop de raisons à ce que je pouvais voir.
De toute façon, mon regard fut vite détourné par le bruit d' une détonation puis pas les cris qui ont suivis. Les étudiants avaient mise le feu au poudre avec leur manifestation pleine de rancoeur et leurs lancers de pavés. La violence ne pouvait appeler que la violence. Surtout avec les militaires. Et un soldat venait de tirer sur un étudiant. Je m' approchais prête à proposer mon aide, les bonnes vieilles habitudes ne se perdant jamais, mais je n' avais pas atteint la zone du tir que déjà l' annonce de la mort avait été transmise de personne à personne. Ce n' était pas bon. Un étudiant pro Banshee tué par un flic, ça laissait ne laissait rien présager de rassurant pour la période à venir. Entre vengeance chez les uns et renforcement des rangs pour se couvrir chez les autres, ça allait être tendu. Mais à tout malheur, bonheur est bon. Il était possible pour Chrysalis de tirer son épingle du jeu dans l' affaire et nul doute que Catriona saurait exploiter ce drame et ce chaos pour renforcer notre position. Je devais malgré tout essayer de prendre une photo du mort et de la foule en colère. A la fois pour aider Imago à utiliser ce cliché à des fins utiles et aussi pour s' assurer que le mort n' était pas l' un des nôtres en infiltration. Car si c' était l' un des nôtres, il était fort probable qu' Imago prévoierait des représailles silencieuses dont on imputerait la réponsabilité à un autre. Pourquoi pas Banshee.
Je cherchais Leonie du regard. Je l' avais vu mêlée à la foule en bonne infiltrée qu'elle était. Et j' espérais que ça irait bien pour elle. Mais alors que je balayais la foule du regard, je vis de l' autre côté une blonde qui était effondrée de l' autre côté visiblement blessée. Le chaos et le monde m'empêchais de traverser pour l' atteindre. Je n' avais pas le choix. Je me dirigeais vers un soldat.

« Monsieur. Monsieur!»

Il pris un temps avant de venir à moi comme si il jaugeait mon potentiel de dangerosité avec de me considérer comme inoffensive. Si il savait... Mais ce n' était pas l' importance du moment. Je désignais du doigt, la blonde de l' autre côté.

« Y' a une blessée là bas. Je ne sais pas ce qu'elle a mais j'ai cru voir qu'elle perdait beaucoup de sang. Il lui faudrait de l' aide.»

Je savais bien qu' il ne pourrait pas plus que moi l' atteindre mais je supposais que les soldats entre eux communiquaient pas talkie walkie ou un système de ce genre. D' ailleurs, je ne devais pas m' être trompée car le soldat regarda là où je pointais la blonde et aussitôt transmis l' information à un autre. J' ignorais qui était la voix de l' autre côté de la communication mais le message était passé. Je m' éloignais donc aussitôt du soldat. Ce n' était pas que j' étais anti armée. Ils faisaient ce qu' ils voulaient tant qu' ils restaient loin de moi. L' armée était à mes yeux, l' incarnation suprême de la violence. Tout ce que je craignais en somme.
Et maintenant, je devais me décider quand à ce que j' allais faire. Après tout, j' étais interne en médecine, et visiblement, là il y avait de quoi bosser. Et pas qu'un peu.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Banshee
Messages : 476
Date d'inscription : 06/12/2015

Avatar : Lindsey Morgan
Crédits : vava : weak&addicted ; sign : acidbrain
Âge : 24 ans


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: EVENT | Running wild and running free
   Jeu 28 Juil - 23:25


❝ EVENT ❞running wild and running freePutain il est… ils l’ont tué, froidement. Ça me ramène plus d’un an en arrière. Etre froid, ne pas faire de cas de nos victimes… Le monde me semble encore plus pourri aujourd’hui qu’à l’époque. L’un des flics tire le corps du gars, pendant qu’un autre me plaque contre le mur. Je vois tous les autres qui se déploient. Il me fait mal en plus ce con. La pierre me racle la joue. Réfléchis Kennedy, réfléchis… ça s’engueule joyeusement en plus… Bon, tant pis, je ne suis pas réputée pour ma stratégie. Au prix d’un effort, j’assène au flic un coup de pied avant de me retourner pour glisser une main sous son masque et déclencher mon pouvoir. Juste de quoi le mettre KO à vitesse grand V. Et je me mets à courir. J’ai aspiré trop vite, je le sais, ça bourdonne dans ma tête et mon cœur bat à un rythme anormalement élevé, sans compter que mes poumons ne suivent pas mes inspirations. Je déteste cette sensation. Je me cale contre un mur, à l’abri des regards indiscrets, quelques secondes à peine, le temps de souffler. Et d’envoyer un texto, histoire de prévenir du merdier que c’est en train de devenir.

Ça hurle, impossible de vraiment savoir ce qui se passe. Je me redresse, pour essayer de distinguer quelque chose. Mais c’est un tel capharnaüm qu’il n’y a rien à distinguer à part des gens qui courent et se bousculent, même quand ils sont dans le même camp. Et là mon regard s’est porté s’est porté sur un viseur. Comment je l’ai vu, je n’en sais rien, ça tient du miracle. En un quart de seconde, mon regard suit sa ligne de mire. La leader. Et là, ce n’est pas un flic. Ils ont décidé de passer à la vitesse supérieure en profitant du chaos ambiant. On ne doit pas mourir parce qu’on se bat pour ses idées, ce n’est pas acceptable.

Alors je me mets à courir comme une dératée, pour atteindre le tireur et le frapper au visage. Je veux m’emparer de son arme, histoire de ne pas être victime de ses représailles, mais au moment où je me penche pour attraper l’arme, il agrippe ma jambe et me renverse. Manque de chance pour lui, je suis plus qu’entrainée et en plus, je suis sous les amphétamines les plus puissantes qui soient. Un bon coup de talon dans la tronche et c’est réglé. Je me relève, tire sur ma manche pour prendre l’arme sans y laisser mes empreintes. Sauf que j’ai à peine le temps de faire trois pas que je tombe sur une bonne rangée de forces de l’ordre qui ont entrepris de faire se coucher tout le monde à terre. Et moi avec mon arme, je suis bien dans la panade. Levant les mains en signe de reddition, je m’accroupis pour poser l’arme et me coucher, mains sur la tête, comme les autres. J’espère au moins que l’autre nana a réussi à s’en sortir et que Niamh a obtenu des infos.

J’essaye de rester calme, histoire de faire partie de ceux qu’ils vont relâcher après avoir rétabli le calme. Je n’ai pas vraiment envie de me retrouver en cellule ou d’avoir mon nom qui se balade dans les petits papiers de l’armée. Mais franchement, ce n’est pas la chose la plus facile à faire que de rester immobile quand on a une telle dose d’adrénaline dans le sang. D’ailleurs, mon bassin se retrouve bien plaquer au sol par une boots pas tendre pour deux sous. Un peu de délicatesse bordel.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Hiding Mutation
Messages : 546
Date d'inscription : 06/12/2015

Avatar : Lily James
Crédits : Monroes (avatar)
Âge : 28 ans


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: EVENT | Running wild and running free
   Ven 12 Aoû - 3:15


❝ EVENT ❞running wild and running freeJ' avais définitivement la poisse. Ca m' apprendrait à vouloir aider. En voulant bien faire, je venais de me prendre un coup de couteau dans l' aine. Et croyez-moi, ça faisait horriblement mal. Je tentais de me relever dans l' espoir de me trouver un médecin ou un secouriste ou un...quelqu' un pour me soigner en fait. Ce qui n' était pas gagné dans tout ce chaos. Mais me relever n' avait pas été ma meilleure idée. La douleur était pire et j' avais la sensation que je perdais davantage de sang. Résultat, je devais me limiter à la position simili assise. J' étais bonne pour me trainer comme une larve si je voulais espérer bouger un peu.
Et histoire de m'en rajouter, j' avais la sensation d' être bombardée par des tonnes de sensations et d' émotions. J' avais l' impression qu' on venait de me faire un shoot d' émotions pures. Et c' était aussi douloureux que ma blessure. Mais comment j' avais pu me retrouver comme ça? A moins que...le mec au couteau était un mutant dont je venais de copier la faculté. Super. Deux emmerdes au lieu d' une, comme si ça suffisait pas...

« Et merde...»

Je n' arrivais pas à contrôler ce foutu pouvoir. Si le don de Kennedy avait été éprouvant tout en étant euphorisant, celui là était juste instable et malsain. Je ressentais tout. Et pire que tout, je crois bien que je transmettais ce que je ressentais. C' était horrible. Ce pouvoir violait l' intimité de chacun en s'en prenant à leurs émotions les plus personnelles. Et il fallait avouer qu' avec ma blessure, cela rendait la tentative de contrôle totalement impossible. Je saignais, je ne pouvais pas bouger sous peine d' augmenter la douleur et en plus, j' étais bombardée d' émotions vives. Le chaos engendrait chez les gens des émotions violentes comme la peur, la méfiance, la colère, la terreur, la culpabilité et parfois l' agressivité. Et je captais tout. Ca devenait insupportable. J' avais l' impression qu' il fallait que ça sorte pour que j' y survive. Et en fermant les yeux, je pensais juste à ce que ça disparaisse. Mais quand je les ouvris, je vis cette brune qui semblait plus instable que les autres. Comme si...comme si je venais de la contaminer avec les émotions. Et je crois bien que c'est ce que j' avais fait malgré moi. Je ne savais pas encore comment ni pourquoi, mais ça allait mal se passer. J' avais juste envie de fuir mais je ne pouvais pas. En gros, j' étais piégée et j' allais devoir lui faire face. Et j' étais à ce moment précis, pas la mieux armée pour lui faire face.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Cleaner
Messages : 150
Date d'inscription : 11/04/2016

Avatar : Gal Gadot
Crédits : vava : weak&addicted ; sign : bluberry
Âge : 33


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: EVENT | Running wild and running free
   Sam 13 Aoû - 20:44


❝ Siobhan & the others ❞running wild and running free« Mission annulée ! MacKenna, je répète, mission annulée ! »

Je me stoppe un instant. C’est vraiment le merdier s’ils font volte-face comme cela. Qu’est-ce qu’il se passe exactement là ? Je m’écarte du bâtiment pour voir que les militaires et autres forces de l’ordre sont en train d’aligner les manifestants et les passants. Et la leader est en train d’être interpelée. Alors c’est fini ? Ou en train de se finir ? Sans manifestation de pouvoir, sans grands cris de Banshee ? Ça me semble trop facile, trop louche.

« MacKenna, je crois que la nana sur qui tu enquêtes es là. »

Je raccroche. Je suis en contact avec plusieurs soldats et policiers de confiance, et quelques-uns sont au courant des pistes que je suis. Et parmi ces pistes, il y a la blondinette qui, comme par hasard est présente aujourd’hui. Alors Banshee serait vraiment derrière ça. Je me faufile à travers les corps, au sol ou encore debout. Il faut que je m’assure que c’est bien d’Aslinn Cahill dont il parle. Je traverse, ne prêtant pas attention au différents cris. Cela fait des semaines que je la suspecte sans jamais avoir de preuve concrète. Et aujourd’hui, elle est là, déjà bien blessée et… elle a l’air de se battre contre quelque chose d’autre, mais quoi ? Je l’attrape par les poignets, cette fois, je compte bien lui soutirer toutes les informations que je pourrai. Mais il y a un truc qui cloche… je me sens comme… envahie par tout un tas de sensation, d’émotions… Je suis en colère… J’ai peur… J’ai envie de tuer… j’ai envie d’aider…

« Qu’est-ce que tu fais là ? Où sont tes potes de Banshee ? »

J’ai l’impression que je vais exploser. Comment ça se fait ? Comment… C’est elle, c’est forcément à cause d’elle. Je la lâche, pour m’écarter, pour ne pas devenir folle. Elle fait partie de ces monstres n’est-ce pas ? C’en est une ! Une mutante en plus d’être de Banshee. Forcément, les aberrations se retrouvent entre elles.

« C’en est une. Tu ne veux pas savoir. »

Je lance ces mots pour l’homme qui m’a prévenue. Cette nana est fille de militaire et je sais que personne n’aime se frotter à eux. Ils sont obligés d’obéir à leur propre règle, mais je crois que nul n’est dupe. Et je ne veux pas mettre mon comparse dans la merde, je ne veux pas qu’il prenne à cause de ce qu’elle est. C’est donc pour moi un moyen de le mettre en garde, silencieusement. Et il le comprend. Ne voulant pas être mouillé, ne voulant peut-être pas me dénoncer, il s’éloigne sans un mot, retournant au contrôle des manifestants. Je reporte mon attention sur la blonde en face de moi. Faisant fi de toutes les émotions qui me tiraillent, ou peut-être en partie poussée par elles,  je fonds sur elle, pour l’empêcher de bouger. Et c’est que même blessée, elle a de la poigne. Je la plaque au sol sur le dos avant de sortir mon arme, et de poser le canon au niveau de sa blessure, mais en l’orientant de façon à faire un maximum de dégâts.

« Désolée, mais il n’y a qu’une loi… »

Et je tire. Je sens les vibrations dans mon propre corps. Il n’y a qu’une loi, et cette loi dit que c’est l’armée qui dirige, pas une bande de pseudo-rebelles et que les mutants n’ont pas leur place. Fille de militaires ou non. Les mutants sont un danger bien réel et je me suis juré de purger notre pays de cette menace. Je sens les convulsions de son corps, mais j’attends, je ne relâche pas mon étreinte, la resserrant même à dire vrai. Jusqu’à ce que je ne sente plus la moindre résistance. Je me relève alors, un peu sonnée par le vide tout à coup créé en moi. Son sang me tâche, mais je sais que j’ai fait ce qu’il fallait.

Je m’écarte du corps, lourde. Des militaires qui me reconnaissent et n’ignorent rien de mon statut de nettoyeuse approchent de moi, pour m’escorter comme si j’étais une prisonnière, histoire de ne pas révéler aux habitants ce que je suis réellement, de ne pas griller ma couverture. Je suis reconduite loin des regards indiscrets. L’un d’eux me demande si ça va, référence au sang que j’ai sur moi. D’un geste de la main, je me débarrasse d’eux, avant de porter un regard sur ce merdier. Une chose est sûre, après ça, Limerick ne sera plus jamais pareille.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: EVENT | Running wild and running free
   

Revenir en haut Aller en bas
 
EVENT | Running wild and running free
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Running box
» You're my river running high, run deep, run wild [Eugenia] # Terminé
» Sortie cinéma: "It's a Free World !"
» palettes wet n wild cosmetics
» sebastien-wild

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eire of Change :: LIMERICK :: Suburbs :: University of Limerick-
Sauter vers: